16 Janvier 2012

Gestion des Anomalies - AP-17

Instruire et traiter les anomalies affectant le produit

A. Objet

Le produit, entité matérielle, intellectuelle ou logicielle, peut, à tout moment de son cycle de vie, subir des évènements imprévus, en générant ainsi le risque non maîtrisé (avéré ou potentiel) de non-conformités aux exigences spécifiées et aux comportements attendus.

Ces écarts par rapport à une situation attendue constituent les anomalies.

Leurs conséquences potentielles sur le produit doivent être évaluées, maîtrisées et éventuellement corrigées, le cas échéant, par des actions adéquates pour garantir tout le long de la durée de vie les performances spécifiées.

Comme toutes les évolutions, les anomalies et leur traitement font partie intégrante de l'histoire du produit. A ce titre, leur connaissance et leur gestion est nécessaire pour appréhender, à tout instant, l'état effectif du produit (gestion de la configuration appliquée), et en garantir un suivi efficace.

Dans cet esprit, toute anomalie, quelle qu'en soit la nature et l'importance à priori, doit être enregistrée et traitée, selon une méthodologie préalablement définie.

Cette méthodologie, dite gestion des anomalies, garantit la traçabilité des évènements imprévus et des non-conformités, et s'assure que leurs conséquences ont été correctement traitées.

Elle alimente par ailleurs les processus de retour d'expérience tant au niveau du projet que dans une démarche qualité plus globale (filières, produits génériques, entreprise,.)

Le présent document s'appuie sur le document du RNC « RNC-ECSS-Q-ST-10-09 Nonconformance control system ».

B. Principes

La gestion des anomalies, à la charge des responsables du développement et de l'aptitude au vol d'un produit, s'applique dès le démarrage de la fabrication/intégration des composantes et sous composantes élémentaires du produit et jusqu'à la fin de la recette en vol.

La méthodologie s'élabore donc à travers l'élaboration de la spécification assurance produit, et des exigences qui s'y rapportent, de manière préliminaire, en phase A, puis détaillée en phase B, afin d'être totalement opérationnelle au démarrage de la phase C.

Le plan assurance produit, décrit les dispositions mises en place pour organiser et assurer la gestion des anomalies

Le processus de traitement des anomalies s'articule généralement autour des étapes suivantes :

  • La phase de constat, qui comprend les actions immédiates, l'enregistrement et le classement de l'anomalie, et l'information des acteurs concernés (laboratoires, industriels, CNES ...) ;
  • La phase de l'évaluation, qui consiste à identifier les causes de l'anomalie, à en évaluer les effets et à proposer des actions correctives ;
  • La phase de l'action, qui comprend la décision d'actions, l'exécution et le contrôle des actions décidées ;
  • La phase de la clôture et de l'archivage des données.

 

La mise en place et la responsabilité de la gestion des anomalies incombe au Chef de Projet qui, selon la structure de l'équipe projet, délègue tout ou partie de l'action au Responsable Assurance Produit, en approuvant in fine les statuts finaux de clôture et de traitement.

1. Le constat

1.1 Actions immédiates

Dès la détection d'une anomalie, trois types d'actions s'imposent :

  • maintenir en l'état, dans la mesure du possible, les circonstances et les conditions d'apparition (température, configuration électrique, des connections, de l'utilisation.) de l'anomalie, éléments de l'analyse souvent indispensables à l'identification des causes ;
  • se prémunir contre les conséquences immédiates que peut entraîner l'anomalie constatée (éviter les effets de chaîne et la propagation des pannes) ;
  • mentionner l'anomalie sur le document interne utilisé pour l'opération en cours (fiche suiveuse de fabrication, procès-verbal de contrôle, Livret Suiveur, ...).

 

1.2 Enregistrement

Le responsable Assurance Produit (AP) et/ou le chef de projet vérifient la réalité de l'anomalie. S'il y a confirmation, l'anomalie est enregistrée au moyen d'une Fiche d'Anomalie (FA).

Dans un souci d'efficacité, cette fiche est rédigée par la personne à l'origine du constat, avec le concours et sous le contrôle du Responsable Qualité Intégration (RAQI).

Elle fournit l'ensemble des informations nécessaires à la compréhension et au traitement de l'anomalie. Elle contient, en particulier, une description claire et complète de l'anomalie, intégrant les conditions d'environnement et les paramètres affectés. Cette description sera suffisamment explicite pour être compréhensible de l'ensemble des acteurs concernés.

1.3 Classement

Lors du constat, le RAQI, le responsable AP et/ou le chef de projet doivent évaluer la gravité des conséquences de l'anomalie.

Selon ce caractère de gravité, tel que défini dans la spécification AP du projet, l'anomalie sera classée majeure ou mineure.

Les anomalies majeures sont celles qui affectent au minimum les domaines suivants :

  • sécurité des biens et des personnes,
  • exigences opérationnelles et fonctionnelles (fiabilité, durée de vie, ...),
  • interfaces avec des matériels et/ou logiciels de responsabilité différente,
  • essais de qualification ou recette,
  • composants EEE.

 

Les autres anomalies sont classées comme mineures ; elles sont consultables par le niveau supérieur qui peut procéder à un surclassement.

1.4 Information des acteurs concernés

Après l'enregistrement et le classement, toute fiche d'anomalie dite « majeure » est diffusée, dans les meilleurs délais, aux acteurs concernés par l'évaluation et le traitement.

2. Evaluation

Une fois le constat effectué, une analyse est menée par le chef de projet et/ou le responsable AP en collaboration avec les acteurs concernés. Elle a pour objectif :

  • d'identifier les causes de l'anomalie ;
  • d'en évaluer les conséquences effectives et potentielles : altération des fonctions techniques et opérationnelles du produit, modifications du planning, effets sur les coûts.

 

Cette évaluation peut être menée, pour les plus critiques, au travers de la mise en place dune commission dite Commission de Revue des Modifications (CRM), qui permet de consulter les experts ad-hoc et d'impliquer plus efficacement le client dans le processus d'avancement et de résolution.

Cette évaluation aboutit à des propositions d'actions étayées (sessions de travail de la CRM, compte-rendu, rapport d'essai, note technique, ...).

La mise en place de ces actions et les constats/statuts qui peuvent en découler sont de plusieurs natures :

  • utilisation en l'état (avec ou sans dérogation) ;
  • modification du produit entraînant un ré-examen du statut de qualification et une modification du Dossier de Définition (DD) en conformité avec le plan de gestion de configuration ;
  • réparation : remise en état suivant les procédures de fabrication ;
  • rebut du produit affecté.

 

Les résultats de l'analyse, les propositions d'actions, puis les éléments de résultats qui ont influencé le statut final obtenu feront l'objet d'un dossier qui sera annexé à la fiche d'anomalie ou référencé sur celle-ci.

La fiche sera close lorsque le consensus des acteurs responsables du projet sera obtenu vis-à-vis de l'acceptation du statut final, de la mise en place effective des actions de correction revalidées, et de la complétude du dossier de traitement de la FA.

3. Actions

3.1 Décisions d'actions

L'évaluation permet de statuer sur les décisions à prendre et les actions à mener. Généralement les décisions sont prises dans un projet au cours de séances spécifiques dédiées au traitement et au passage en revue des anomalies, dans le cadre d'une commission composée du chef de projet du responsable AP et des experts techniques concernés.

Cette Commission de Traitement des Anomalies (CTA) sera étendue au niveau supérieur dans le cas d'anomalies majeures.

Selon la classe de l'anomalie, le niveau décisionnel varie :

  • pour une anomalie mineure, la décision relève du chef de projet du produit affecté ;
  • pour une anomalie majeure, elle relève de l'approbation du représentant « client » du projet. Son approbation formelle doit figurer sur la fiche d'anomalie.

 

3.2 Exécution / contrôle des actions

Les actions décidées sont menées par les responsables techniques concernés. Le responsable AP s'assure de leur exécution effective.

3.3 Suivi des anomalies

Le responsable AP s'assure du suivi des anomalies et de la maîtrise globale du processus de gestion des anomalies. Ce suivi peut être effectué dans un tableau de synthèse des anomalies reprenant les rubriques suivantes :

  • N° FA
  • DATE OUVERTURE ANOMALIE
  • RESPONSABLE FA
  • PROCEDURE/PHASE
  • DESCRIPTION ANOMALIE
  • STATUT
  • ACTIONS CORRECTRICE
  • RESPONSABLE ACTION
  • DATE DE CLOTURE

 

4. Clôture

Une fois les actions réalisées et contrôlées, le produit réparé et à nouveau validé ou considéré apte au vol en l'état, l'anomalie doit être close formellement. La clôture est entérinée lorsque la fiche d'anomalie est signée par le chef de projet et le niveau supérieur dans le cas d'anomalie majeure.

Afin d'assurer la traçabilité et d'alimenter le retour d'expérience, les données des fiches d'anomalie seront archivées, de préférence sur un support informatique.

Risques

RisquesSous-estimation de la gravité des problèmes
Pas d'analyse des impacts au niveau supérieur
Modifications "sauvages"
 RecommandationsINSTRUIRE ET TRAITER LES ANOMALIES
Gestion des anomalies

 

Formulaires

Activités / documentation